• BIOGRAPHIE

     

    Apres des études formatées qui se limitaient à des petits-déj' café/croissants dans de grands amphithéâtres où le culte du film d'auteur français était irrécusable, j'ai débuté dans deux branches à l'époque bien distinctes de la presse spécialisée : le cinéma en écrivant à Positif, et le jeu vidéo via diverses publications. Deux formes d'art, même si le jeu vidéo est encore perçu comme un délire de mioches, que j'ai très vite refusé de hiérarchiser et qui dans les 10 années qui ont suivi, se sont mêlées jusqu'à devenir intrinsèquement liées. Du coup, mes deux passions se sont chevauchées, quand Christophe Gans m'a proposé d'écrire sur le rapport entre cinéma et jeu vidéo dans son mensuel HK. Depuis, de  DVDvision  à Mad Movies en passant par ma pre mière émission DVD extra sur la chaîne Ciné info, voilà six ans, j'ai toujours voulu défendre ces deux supports artistiques, sans les opposer. Le jeu vidéo tissant des passerelles évidentes vers le cinéma de genre, j'ai voulu soutenir des courants marginalisés par la critique officielle, en débutant Opération Frisson sur Ciné Cinéma. Depuis, j'essaie de transmettre ma passion pour une histoire alternative, où cinéma de genre, jeu vidéo, mais aussi japanime, comics, et télévision n'existent plus l'un sans l'autre et se nourrissent mutuellement. Une émission qui se plait à rentrer dans le lard des idées reçues et qui ne caresse pas son spectateur dans le sens du poil.

     

    "Pourquoi j'aime le cinéma de genre ? Parce que c'est le seul cinéma réellement transgressif. C'est un cinéma codé, d'exploitation, pensé au départ pour faire de l'argent, qu'il a longtemps été difficile de véroler. Et comme, il fut longtemps un cinéma de studios, il a permis de dévoiler des réalisateurs captivants, qui ont dû trouver des moyens hautement subversifs, par l'image ou le découpage, pour faire passer des idées ou briser des tabous, là où on les attendait pas. Le cinéma de genre encadre ce qu'il y a de plus "cinématographique" dans le septième art. J’entend par là qu'en raison de ses nombreuses contraintes, il est le cinéma qui a dû exploiter plus que tout autre le langage visuel. Plus que dans un film indépendant où, souvent le découpage, libre, paraissait avoir moins d'impact qu'un discours "subversif" déclamé par un protagoniste. Aujourd'hui, le cinéma de genre perpétue cette tradition d'un cinéma artisanal qui fonctionne par amour du travail bien fait, et pour qui trouver des idées de mise en scène au sein d'un système plus rigide et codé qu'ailleurs, est plus important que tout. "

    FILMS PREFERES

    - Tous les films des Frères Coen, avec une préférence pour Barton Fink et Miller's Crossing
    - Videodrome et La mouche de David Cronenberg
    - The Thing, Assaut, New-York 1997 et Jack Burton de John Carpenter
    - Predator et Piège de Cristal de John McTiernan

    - Le port de l'angoisse de Howard Hawks
    - Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone
    - L'affaire Cicéron de Joseph Mankiewicz
    - L'armée des ombres et Le Samouraï de Melville
    - Totoro, Nausicaa et Castle in the Sky d'Hayao Miyazaki

    - The Blade et Il était une fois en Chine de Tsui Hark
    - La porte du paradis et L'année du dragon de Michael Cimino
    - Conan le barbare de John Milius
    - Starship Troopers et La chair et le Sang de Paul Verhoeven
    - L'échine du diable et le Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro
    - L'homme qui tua Liberty Valence de John Ford
    - La horde sauvage de Peckinpah
    - La règle du jeu de Renoir
    - La soif du mal et Le criminel d'Orson Welles
    - Moonfleet, Manhunt et M de Fritz Lang
    - Un homme dans la foule d'Elia Kazan
    - Shining et de Les sentiers de la gloire de Kubrick
    - Les affranchis et Casino de Scorsese
    - Le parrain de Coppola
    - Mad Max 2 de George Miller
    - Le retour du roi de Peter Jackson
    - Lawrence d'Arabie de David Lean
    - L'étrangleur de Boston et Les Vikings de Richard Fleisher
    - Les oiseaux d'Hitchcock
    - L'Exorciste et Police fédérale Los Angeles, de Friedkin
    - Intuitions de Sam Raimi
    - Le port de la drogue de Samuel Fuller
    - L'inspecteur Harry de Don Siegel
    - (et une bonne centaine d'autres)


    ACTEURS/ACTRICES PREFERES

    - Christopher Walken
    - Lauren Bacall
    - James Woods
    - Pam Grier
    - Naomi Watts
    - Lin Ching-hsia
    - Jack Nicholson
    - Humphrey Bogart
    - Judy Davis
    - Charles Bronson
    - Billy Bob Thornton
    - Sigourney Weaver
    - Bette Davies
    - Ida Lupino
    - Jean-Pierre Marielle
    - Sean Penn
    - Yul Brynner
    - Brando
    - Pacino
    - Les Monty Python
    - Gene Hackman
    - Dolemite
    - Ben Stiller
    - Lino Ventura
    - Jennifer Connely
    - Fred Williamson
    - Sonny Chiba
    - Robert Mitchum
    - Steven Seagal, Chuck Norris et Van Damme


    REALISATEUR PREFERES

    - Les Frères Coen
    - Tsui Hark
    - John Carpenter
    - John McTiernan
    - Joseph Mankiewicz
    - David Lean
    - Sam Raimi
    - Guillermo Del Toro
    - Sydney Lumet
    - William Friedkin
    - Michael Cimino
    - Les monty Python
    - Samuel Fuller
    - Don Siegel
    - Scorsese
    - Steven Spielberg
    - Sam Peckinpah
    - Miyazaki
    - Masaki Kobayashi
    - Kubrick
    - Hitchcok
    - Richard Fleisher
    - Howard Hawks
    - John Ford
    - (et bien d'autres)

    PLUS BEAUX MOMENTS DE CINEMA

    - Les dix commandements : premier film vu au cinéma suivi de Flash Gordon
    - L'empire contre-attaque : vu douze fois l'année de sa sortie
    - La découverte des frères Coen en tombant à la télé sur le motard d'Arizona Jr explosant un lapin à la grenade !
    - Le traumatisme après avoir vu Hurlements de Joe Dante à l'age de huit ans
    - La projection de Lawrence d'Arabie en version restaurée
    - La projection à Cannes de Barton Fink, et l'impossibilité de penser à autre chose pendant la semaine qui suivit
    - Le choc ressenti devant l'apparition du T-Rex dans Jurassic Park
    - La découverte de Tsui Hark en avec une VHS floue et sans sous-titres de Zu : les guerriers de la montagne magique


  • Commentaires

    1
    visiteur_irmavep
    Jeudi 6 Mars 2008 à 14:15
    Non mais sérieusement, il a fumé ou quoi pour trouver Naomi Watts en 5e position de ses acteurs préférés!!
      • Bad motherfucker
        Mercredi 20 Avril 2016 à 23:18

        Mais c'est pas un classement , tu as vu des numéros quelques part ? y'a pas d'ordre , par contre étonné de ne pas avoir vu De niro dans le classement, c'est un des plus grands , mieux que Walken je trouve qui est pas très crédible dans King of New york (vraiment surréstimé ce film malgré qu'il soit bon il a mal vieillis et est devenu un peu ringosse malgré ces qualités) , De niro dans Taxi Driver , Raging Bull, La valse des Pantins, ses roles de Mafieux juste parfait dans Heat et Goodfellas sans parler de sa prestation monstre dans Cape fear , un acteur différent de Pacino , après ils sont de la même école je crois,j'adore les deux mais une préférence pour De niro plus fascinant. De palma non plus n'est pas cité dans la liste des réals préférés principaux, étonnant pourtant Scarface et surtout Blow out et L'impasse sont des chefs d'oeuvres !! Kubrick, Shining et surtout Orange mécanique qui m'a le plus marlgé , la 1ère sequence en traveling arrière, sur Alex avec l'incroyable musique incroyable en fond, un film grandiose !! Et Will Friedkin mes préférés sont Sorcerer et L'exorciste, obligé ce film est tellement ambitieux, singulier, c'est un objet tellement unique que malgré ces imperfection c'est un film qui au même titre que Scarface est tellement couillu et jusqu'au boutiste qu'il est obligé de faire partie de mes meilleurs Friedkin , c'est personnel bien entendu . Par contre y'a Del toro , Sam Raimi, PJ, Spielberg et Mc T mais le plus grand Cameron n'est pas la pourtant c'est surement le plus grand des 5 avec Spielberg, , même si je ne doute pas qu'il fasse partie de tes préférés  

    2
    visiteur_sandrine197
    Mardi 23 Décembre 2008 à 15:36
    Bonjour,
    Je n'ai plus les chaines de Ciné cinéma mais je regrette bien l'émission que vous présentiez! je rigolais bien et c'était très juste! j'adore votre humour, votre franchise et votre accent! vous me manquez!
    Bizzz bizzz
    3
    visiteur_gabyfromlyo
    Mercredi 4 Février 2009 à 18:08
    trés interessent,en tout cas ça me donne pleins d'idées comme films à mater...si j'avaus de la tune je t'en filerai pour ton film, au moins toi tu nous fera pas de la merde.
    4
    visiteur_Ballantrae
    Mardi 28 Avril 2009 à 10:00
    Toujours un plaisir de te lire (dans positif ou ailleurs). Ex étudiant Toulousain qui a mal tourné (prof de lettres) je cherche à entretenir ma passion via un cinéclub, les dvd et quelques sorties ciné.
    La découverte de DVD Amor m'avait amené à écrire à Cinecinema pour les inciter à te confier une vraie émission à l'époque où ils se croyaient obligés de faire appel à des bimbos qui n'en avaient rien à cirer! Je n'ai pas dû être le seul!
    Un gros "merde" pour La horde!
    Je te réécrirai pour commenter ton site. A +
    5
    visiteur_coolito
    Vendredi 1er Mai 2009 à 23:48
    j'aimerais bien connaitre pseudo sur wow et savoir quelle genre de perso tu joue (je parie sur un paladin a la con ou alors un fufu UD sournois ?)
    6
    emiliano
    Vendredi 2 Avril 2010 à 22:59
    Salut je suis depuis quelque temps votre émission et je ne peux m'empêcher de vous envoyer un message avec la même finesse d'esprit et d'analyse à laquelle votre émission appartient: celle des caniveaux. A force de vouloir toujours vous mettre en scène et vous conformer dans un rôle de grande gueule à la limite du supportable on apprend absolument rien de vos critiques à part que l'ensemble des films que vous voyez sont des "merdes". Je prends pour exemple votre critique du dernier tim burton qui je l'avoue est loin d'être mémorable mais vous reprochez au film d'être à la fois trop conforme au format disney et trop vulgaire, n'est-ce pas paradoxal ( à moins que pendant votre critique vous vous êtes entendu parler ce qui expliquerait cette contradiction.) Au final et à l'égard de tout le respect que je vous dois quand on a réalisé un film comme vous l'avait fait avec des pseudos- reférence de genres aussi grosses soient elles pour pallier la grande difficulté apparente que vous avez à écrire un scénario cohérent autant qu'une critique cinématographique intelligente permettez moi de vous dire que quand on a fait une bouse comme la vôtre on baisse la tête , on évite de critiquer les autres films, et on y met son nez bien profondément afin de bien réfléchir à ce que l'on est.
    7
    glopx2
    Vendredi 21 Mai 2010 à 21:11
    pourquoi doit-on payer pour entendre des commentaires sincères???
    8
    Th
    Samedi 31 Juillet 2010 à 23:20
    Yannick, si je puis t'appeler ainsi et te tutoyer, j'aurais souhaité te déclarer ma flamme passionnelle que je partage avec toi en grande partie sur le cinéma de genre que j'ai défendu tout au long de mon année de première. Car j'explique: cette année, j'ai du faire mon TPE (travaux personnel encadré) où nous devons en faite faire un devoir bien travaillé d'au moins une trentaine de pages (comme une mini thèse). Cependant il faut savoir que les sujets étaient un peu imposés et qu'ils étaient tous à la mord moi le n½ud et j'ai imposé dans tous cela un sujet assez in conventionnel qui fut complètement inspiré par toi: "la symbolique du cinéma de zombie dans la société".
    Enfin, tous ceux-ci pour te déclarer que mon travail t'était dédié, et que je suis tes critiques sur Ciné Cinéma et internet avidement depuis des années (je suis aussi allé voir "La Horde" le jour de sa sortie).
    Je souhaiterais ainsi donc, entrer en contact avec toi et te remettre si possible en main propre mon travail qui malheureusement est trop lourd en terme de mémoire pour être envoyé par mail malgré ton temps de travail très probablement chargé.

    Respectueusement, Théo, 17 ans, un très grand admirateur et défenseur de ton ½uvre.
    Mon mail: theocipriani@voila.fr
    9
    -crom-
    Vendredi 14 Octobre 2011 à 16:35
    Je respecte et j'admire totalement la vision de la vie et de l'art de Yannick Dahan. Je tenais vraiment à le dire.
    10
    Mardi 4 Février 2014 à 23:10
    Pour leurs premier coup d'essai au cinéma, Yannick Dahan et Benjamin Rocher nous offres carrément le grindhouse le plus fun, le plus décomplexé, le plus référentiel et surtout le mieux réalisé du moment. Sorte de geek-fanart-movie hardcore assez trippant à regarder, un premier long-métrage prometteur et bourré de qualités en dépit de son budget ridicule d'à peine deux millions d'euros, comme un montage ultra dynamique (à l'image de la monstrueuse bande annonce !), une mise en scène réellement pensée de la première à la dernière image ( en outre assez analysable dans sa sauvagerie), une lumière réussie (à la Rob Zombie), des scènes d'action et une violence très "comics book" parfaitement retranscrites (!), quelques plans déments (qui renvoies aux comics d'horreurs les plus hardcores) et même un magnifique hommage jouissif à Frank Frazetta (le final d'anthologie vs les 300 zombies), sans oublier un dosage quasi parfait entre premier et second degré, assez d'ambiguïté chez les personnages, et bien sûre, des gueules ! Le seul gros défaut du film pour moi est sans surprise le jeu des acteurs pas convainquant... Et c'est bien dommage. Sinon beaucoup se plaignent des dialogues bien trash, mais moi j'adore ça, et c'est totalement dans l'état d'esprit de ce projet grindhouse : un anti-Bienvenu chez les Ch'tis à tout les niveaux. Bref, une tuerie tout simplement. Et quand on pense qu'il ne reste à l'écran que 40% du scénario qu'avais imaginé Yannick Dahan...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :